ANDREA MANTEGNA. Revivre l'antique, construire le moderne | Palazzo Madama

ANDREA MANTEGNA. Revivre l'antique, construire le moderne

INFORMATIONS UTILES
ACHETER LE BILLET

Dans  les  salles  monumentales  du Palazzo  Madama,  une  grande exposition consacrée à Andrea Mantegna (Isola di Carturo, 1431 – Mantoue, 1506). Cet artiste, l’un des plus importants de la Renaissance italienne, a su conjuguer dans ses œuvres sa passion pour l’antiquité classique,  des  expérimentations  audacieuses  autour  de  la  perspective  et  un  extraordinaire  réalisme dans  le  rendu  des  figures  humaines.  Son  travail  est  le  témoignage  d’une  saison  artistique – la Renaissance dans la plaine du Pô, d’abord à Padoue puis à Mantoue – capable de revivre l’antique et de construire le moderne.

Cette  exposition  présente  le  parcours  artistique  de  ce  grand  peintre,  depuis  ses  débuts  prodigieux jusqu’à la reconnaissance de son rôle d’artiste à la cour des Gonzague. Articulée en six sections, qui illustrent des moments particuliers de sa carrière ainsi que des aspects relatifs à ses intérêts et à sa personnalité  artistique,  elle  aborde  également  certains  thèmes  moins  explorés  tels  que  le  rapport qu’entretenait Mantegna avec l’architecture et les lettrés.
C’est  donc  une  vaste  lecture  de  l’artiste  Mantegna qui  est  ici  proposée  aux  visiteurs.  Un artiste don’t l’originalité du langage naît de sa connaissance profonde et directe des œuvres padouanes de Donatello, de sa familiarité avec les travaux de Jacopo Bellini et de ses fils (notamment de l’incroyable Giovanni), des innovations florentines et flamandes, mais aussi de son étude de la sculpture antique.
Une attention particulière est portée à son rôle d’artiste de cour à Mantoue et à la manière dont il tissa des  liens  étroits  avec  ces  écrivains  et  érudits  qui  en  firent  un  interlocuteur  reconnu  et  essentiel  du panorama culturel, capable de donner forme aux valeurs morales et esthétiques des humanistes.
Le parcours d’exposition est précédé et complété, au sein de la Corte Medievale du Palazzo Madama, par un spectaculaire ensemble de projections multimédia ; les visiteurs sont ainsi immergés dans la vie, les lieux et les œuvres de Mantegna et accèdent à ces chefs-d’œuvre qui, en raison de leur nature ou des enjeux de conservation, ne peuvent être exposés, de la Cappella Ovetari de Padoue à la célébrissime Chambre des époux, de sa maison de Mantoue au grand cycle antique des Triomphes de César.

Le Piano Nobile du Palazzo Madama accueille, quant à lui, l’exposition des œuvres, à commencer par la grande fresque issue de la Cappella Ovetari, partiellement rescapée des tragiques bombardements de  la  Seconde  Guerre  mondiale  et  exposée  pour  la  première  fois  après  une  longue  et  complexe restauration, et par la lunette représentant saint Antoine et saint Bernardin de Sienne provenant du Museo Antoniano de Padoue.

Le  parcours  de  l’exposition  n’est  pas  seulement  monographique,  mais  présente  également les  chefs-d’œuvre  des  plus  grands protagonistes  de  la  Renaissance  en  Italie  septentrionale  qui  furent  liés  à Mantegna, et notamment des œuvres de Donatello, Antonello da Messina, Pisanello, Paolo Uccello, Giovanni Bellini, Cosmè Tura, Ercole de’ Roberti, Pier Jacopo Alari Bonacolsi dit l’Antico ou encore Le  Corrège.  À  côté  des  tableaux,  dessins  et  gravures  de  Mantegna,  il  sera  proposé  des  œuvres fondamentales de ses contemporains, de même que des sculptures antiques et modernes, des details d’architecture, de petits bronzes, des médailles, des lettres autographes et de précieux volumes antiques imprimés et enluminés.

Pour  apporter  un  éclairage  à  ce  sujet  complexe,  un  prestigieux  comité  scientifique  international  a sélectionné un corpus de plus d’une centaine d’œuvres. Ces dernières ont été prêtées par certaines des plus grandes collections mondiales, parmi lesquelles le Victoria and Albert Museum de Londres, le musée  du  Louvre  et  le  musée  Jacquemart-André  de  Paris,  le  Metropolitan  Museum  de  New  York,  le Cincinnati Art Museum, le Liechtenstein Museum de Vienne ou le Staatliche Museum de Berlin ; sans oublier la participation de nombreuses collections italiennes, dont les Gallerie degli Uffizi, la Pinacoteca Civica del Castello Sforzesco, le Museo Poldi Pezzoli de Milan, l’Accademia Carrara de Bergame et l’Accademia Tadini de Lovere,  le Museo Antoniano et les Musei civici de Padoue, la Fondazione Cini et les Gallerie dell’Accademia de Venise, le

Museo di Capodimonte de Naples, les Musei Civici de Pavie, la Galleria Sabauda et le Museo di Antichità de Turin, les Musei Civici, le Seminario Arcivescovile et la Basilica di Sant’Andrea à Mantoue.

Le  comité  scientifique  est  composé  des  commissaires  d’exposition Sandrina  Bandera et Howard Burns, du consultant curator en art antique Vincenzo Farinella, en collaboration avec Laura Aldovini, Lina  Bolzoni,  Molly  Bourne,  Caroline  Campbell,  Marco  Collareta,  Andrea  Di  Lorenzo,  Caroline  Elam, David  Ekserdjian,  Marzia  Faietti,  Claudia  Kryza – Gersch,  Mauro  Mussolin,  Alessandro  Nova,  Neville Rowley et Filippo Trevisani.

L’exposition, promue par la Fondazione Torino Musei et Intesa Sanpaolo, est organisée par Civita Mostre e Musei.

Le catalogue, comprenant de nombreux essais introductifs et d’approfondissement ainsi que les fiches scientifiques de toutes les œuvres exposées, est publié par Marsilio Editori.